Espaces virtuels

Géographie des TIC/Espaces virtuels

 

Introduction

Dans l’environnement TIC, des systèmes de plus en plus performants sont  disponibles, qui mettent en valeur les possibilités offertes par la convergence des industries du multimédia, de l’informatique, de l’électronique et des réseaux de télécommunication.

Cet environnement a intégré les usages de l’Internet dans les années 1990 et celui des espaces virtuels (ludiques ou non). Les années 2000 lui ont ajouté de nouveaux usages. Ces usages résultent de l’évolution des technologies (web 2.0 ; globes virtuels5), elle-même rendue possible par l’offre de « connexion illimitée » des fournisseurs d’accès internet (FAI) d’une part et l’augmentation des capacités de transfert des données d’autre part.

On parle de « mondes nouveaux» ou d’espaces virtuels.

 

Quelques références

http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV251/Netcom9-32.pdf

Références

BAKIS H. (1992), « Espaces virtuels: vers des terres inconnues ? », Lettre d’information Géographie de la communication, Communication Geography Newsletter, 18 juin 1992, n° 49, pp. 9-11.

BAKIS Henry, VALENTIN Jérémie (2010), « Amateurisme cartographique et géographique à l’heure du web 2.0 : Questionnement autour de la néogéographie », NETCOM, vol. 24, n° 1-2, pp. 109-132   – La production et la diffusion du savoir géographique subissent d’amples transformations avec l’apparition du web 2.0 et celle des globes virtuels (Google earth de Google, Virtual earth de Microsoft, Worldwind de la NASA). Une production d’intérêt géographique en résulte, hors des milieux qui, jusqu’à ces dernières années, en étaient les initiateurs et les utilisateurs obligés : Universités, organismes de recherche, géographes professionnels, Etats, ONG, militaires, producteurs de cartes et d’imagerie satellite… Cet article fait le point sur ces nouveaux usages et tente d’en percevoir la spécificité et les enjeux3. À partir d’un état des lieux autour de la notion de néogéographie, il présente les quatre actions fondamentales de cet univers (géolocaliser, créer, réagir et contester).

BATTY M. (1993), « The geography of cyberspace », Environment and Planning B, vol.
20 (6), pp.615-616.

BATTY M. (1997), « Virtual geography », Futures, vol. 29, n° 4-5 pp. 337-352.

VALENTIN Jérémie (2010), Usages géographiques du cyberespace : nouvelle appropriation de l’espace et l’essor d’une « néogéographie, Thèse de géographie, (dir. Henry Bakis), UMR 5281 Art-Dev, Université de Montpellier III.

VALENTIN Jérémie, GEORGES Fanny, BOUMENIR Yasmine & DRESP-LANGLEY Birgitta (2011),  Espaces virtuels et pré-expérience de l’espace geographique / Virtual Spaces and Pre-Experience in Geographical Space », NETCOM, vol. 25 (2011), n° 1-2, pp. 9-32

Site de Jérémie Valentin:  http://geographie2point0.wordpress.com/

Les commentaires sont fermés.