Incidences spatiales

Géographie des TIC/Incidences spatiales

2 décembre 2013; dernière mise à jour 19 mai 2014

 

Quel est le rôle  des services de TIC et des équipements de télécommunications dans la dynamique des territoires? Plus généralement, la mise en œuvre des TIC a-t-elle des conséquences spatiales et lesquelles?

Sans prétendre être complet, nous signalons ci-après quelques grands effets [Note- Depuis 1987 la revue Netcom fournit de très nombreuses études de cas qui illustrent ces incidences spatiales http://www.netcom-journal.com/ ].

 

Aggravation des disparités spatiales

Contrairement à ce que supposaient certains futurologues, les TIC n’ont pas supprimé les disparités spatiales.

Les zones d’ombres (causes physiques liées au site)

Des zones d’ombres (dites aussi zone blanche) subsistent à cause des conditions de site (tunnel, relief) la propagation des signaux étant contrariée. La mise en place de certains dispositifs techniques permet de résoudre ce problème (c’est d’ailleurs en cela que réside l’origine de la télévision par câble).

Les espaces non desservis (causes démographiques ou économiques)

Des zones non desservies subsistent aussi à  cause de la politique des opérateurs. Ils peuvent souhaiter ne pas investir dans des espaces non suffisamment rentables.

Cette situation se posait avec moins d’acuité lorsque dans chaque pays, le service était confié à un opérateur public. L’Etat procédant alors à des péréquations entre espaces de rentabilités différentes pour un service public le plus équitable possible.

Paradoxalement, les TIC renforcent l’hétérogénéité spatiale par la multiplication des infrastructures et des types de réseaux et services (notamment les plus nouveaux et les plus coûteux) dans les métropoles. Elles contribuent à la polarisation et au développement de la métropolisation.

Ce qui peut paraître paradoxal s’explique pourtant logiquement: concentration des hommes, des activités, des besoins solvables; accès aux réseaux à moindre coût pour les établissements économiques dans des lieux (téléports, technopôles) où sont regroupés les moyens techniques, et, pour les particuliers, dans des espaces denses.

 

Mondialisation facilitée

Evolution du concept d’espace

Rétrécissement apparent de l’espace et de la distance par la réduction du temps d’accès (télécommunications mais aussi transports rapides).  Apparition de la notion de  géocyberespace [Note – voir : http://hbgeo.upv.univ-montp3.fr/geographie-des-tic/le-geocyberespace-geocyberspace/]

Entreprises – Développement nouvelles formes d’organisation en réseaux et de partenariats 

L’utilisation des télécommunications et notamment de la téléinformatique et de l’internet dans les entreprises et organisations a contribué à la mondialisation économique d’une part, à de nouvelles formes d’organisations en réseaux et de partenariats (entre établissements d’une même entreprise, mais aussi entre entreprises différentes).

Les entreprises transnationales par exemple ont pu renforcer les liens fonctionnels entre leurs établissements, et même concevoir des modes d’organisation et de fonctionnement différents. Voir le cas de la firme IBM (Bakis 1977, 1980).

Possibles conséquences négatives 

Dans la mesure où ils est possible de travailler avec des employés à distance, des entreprises peuvent délocaliser des emplois dans le secteur informationnel.

Cela concerne notamment les activités de « back office » (on parle de service d’appui,  d’arrière-guichet). Il s’agit des activités administratives dédiées à l’information des clients ou à l’après-vente notamment à travers les centres d’appels). Toute activité standardisée et n’impliquant la proximité ni de la clientèle, ni des services de l’entreprise chargés des opérations dits de « front office ». Ce type d’activités peut être spatialement délocalisable (province, étranger). Les espaces d’implantation témoignent de la recherche de deux types avantages économiques: moindre valeur des locaux en périphérie dans les pays développés; moindres salaires dans certains lieux (Sud notamment). La nature des tâches implique des salaires peu élevés; la délocalisation dans certains espaces aux bas salaires rend cet avantage encore plus important pour l’employeur. Evidemment, le contact avec la clientèle implique la maîtrise de la langue parlée par les clients.  

 

 Mondialisation culturelle

Diffusion de modèles culturels grâce à la réception d’informations (cinéma, internet, voyages aussi) – Il peut en découler une certaine modification des perceptions culturelles (influençant en retour sur ce que l’on peut attendre de son milieu géographique).

Renforcement de relations au sein de diasporas ou minorités ethniques, religieuses ou culturelles.  [ Note – Voir le cas de la diaspora chinoise étudiée par Joy Raynaud, « Les TIC sont-ils les nouveaux territoires de la diaspora chinoise ? », Netcom, vol. 25 (2011), n° 1-2, pp. 63-82, http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV251/Netcom63-82.pdf].

Désenclavement

On a parlé autrefois de désenclavement routier, autoroutier, ferroviaire. Depuis l’essor des TIC, la mise en œuvre des infrastructures de réseaux et de services de TIC laisse espérer le désenclavement de certains espaces géographiques. [note- Mais attention: les techniques nouvelles créent l’hétérogénéité pouvant accentuer l’inégalités des espaces non encore connectés. Ainsi ce n’est qu’après la révolution industrielle et la mise en service du chemin de fer que les hautes terres du Massif central sont apparues comme des espaces répulsifs, mal desservis. Voir : Pierre Cornu,   (2009), L’enclavement physique et symbolique : une mise en perspective historique à partir de l’exemple du Massif Central,  http://www.creatif-public.net/-5-Technologies-en-campagne-.html. ]

– dans les pays développés, les espaces ruraux montagnards marginalisés supportent de plus en plus mal de ne pas bénéficier d’un confort domestique  égal à celui des citadins. Aussi, les élus locaux s’efforcent-ils d’apporter des réponses [note- Voir par exemple: Philippe Vidal (2009), « Territoires ruraux face aux TIC : quel désenclavement numérique ? », http://www.creatif-public.net/territoires-ruraux-face-aux-tic.html. Sur le Massif central, voir la thèse de Denis Garcia (2003), Désenclavement et technologies d’information et de communication en moyenne montagne française : l’exemple du Massif central et de ses bordures, Univ. de Montpellier III,   et son article http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV191/Netcom53-66.pdf]

 

C’est également le cas pour les petites villes [note- Voir un point de vue d’acteur par exemple . Sur le cas  de la ville d’Auch (Gers)  http://www.lamelee.com/article/midenews/Secteur%20TIC/le-desenclavement-passe-tout-autant-par-l-acces-au-thd-que-par-la-route-ou-tout-autre-moyen-de-transport (consult. avril 2014) ];

– dans les régions marginalisées des les pays en développement.

 

Incidences sociales

Démultiplication des possibilités de contacts à toutes les échelle (local, régional, mondial) par l’intermédiaire des contacts de se ses contacts.

Essor des réseaux sociaux

Professionnels – Cela est utile pour: le recrutement de personnels, la recherche de nouveaux collaborateurs, partenaires, clients, etc. On espère qu’il en résultera une augmentation d’efficacité ou une augmentation des activités et partant du chiffre d’affaires (les réseaux de la sous-traitance).

Personnels – Renforcement des réseaux individuels.

Géopolitique 

Les développements techniques en matière de télécommunications et de moyens d’observation (télédétection spatiale) ont des effets (à toutes les échelles) sur l’information à la disposition des décideurs, les États notamment  [Note – voir H. Bakis, Géopolitique de l’information, PUF, 128 p.].

La circulation libre de l’information n’est pas acceptée partout et elle est même fortement contrariée dans certains Etats (du brouillage des ondes radio au temps de la Guerre froide à l’interdiction actuelle de Facebook, Twitter, ou au filtrage de l’Internet).

Conclusion

Les TIC contribuent au développement de tous les secteurs économiques et à l’augmentation de productivité.

Il ne faut pas oublier que le déterminisme technologique n’existe pas. On est dans le domaine du possibilisme et non du déterminisme.

 

Les commentaires sont fermés.